Randonnée "Marittime Mercantour"

Une origine lointaine

L'aire de contact entre les parcs Alpi Marittime et Mercantour, à cheval sur la ligne de partage des eaux séparant la France de l'Italie, est parcourue et traversée par un réseau de sentiers et de chemins muletiers parmi les plus étendus de l'arc alpin. Cette richesse s'explique notamment par quelques évènements relativement récents ayant caractérisé l'histoire locale.

Comme cela est le cas dans le restant des Alpes, les grands cols transfrontaliers ont été utilisés dès l'antiquité par les armées, les marchands et les pèlerins. Au sein du territoire Alpi-Marittime Mercantour, outre les cols de Tende et de Larche, actuellement parcourus par des artères routières d'importance internationale, des cols aujourd'hui secondaires, praticables uniquement à pied, jouèrent un rôle de premier plan. Il s'agit du Col de Fenestre ou du Col de Cerise, anciennes "routes du sel", tracées essentiellement pour favoriser le commerce entre la plaine du Pô et ce qui deviendra la Côte d'Azur.

En ces temps, entre les villages des moyennes et basses vallées se développa, au cours des siècles, un dense réseau d'itinéraires utilisés pour passer d'un village à un autre sans perdre trop d'altitude mais également pour exploiter les ressources offertes par la montagne (depuis la forêt jusqu'aux alpages).

Jusqu'ici le territoire connut une évolution commune à tout l'arc alpin tout entier. Puis, dans l'aire comprise entre les vallées de la Stura et du Gesso sur le versant piémontais et les vallées de la Vésubie et de la Roya sur le versant méditerranéen, Victor-Emmanuel, futur roi d'Italie, créa une réserve de chasse. Pour atteindre ce qu'on appelait les "impostes" de chasse, c'est à dire les postes où les souverains et leurs suites guettaient les chamois pour les abattre, furent bâtis plusieurs kilomètres de chemins muletiers.

Et venons à la Seconde Guerre Mondiale. Au cours de la période qui la précède, pour répondre à la volonté de Mussolini, l'Italie fortifie les montagnes à la frontière avec la France. Les vallées des Alpes Maritimes deviennent un immense chantier. Les anciens parcours de transhumance et les zones de chasse deviennent les lignes directrices pour relier les fonds de vallées avec les casernes et les bunkers bâtis sur les cols. De cette période tragique, il nous reste le témoignage extraordinaire d'un réseau très étendu de sentiers et de routes militaires, pavés sur plusieurs parties, surélevés, creusés dans la roche, de véritables œuvres d'art infra-structurales.

Lorsque le tourisme alpin apparaît dans les Alpes sud-occidentales, le territoire Alpi-Marittime Mercantour est donc apte à répondre au mieux aux besoins des randonneurs. Au fil du temps, leur nombre a constamment augmenté. Malgré cela l'espace Alpi Marittime Mercantour cache encore de nombreux sites peu fréquentés, desquels il est possible de profiter en toute tranquillité.

Un portail dédié à la randonnée et à l’itinérance

Pour faciliter la pratique des activités de nature sur son territoire, le Parc Européen Alpi-Marittime Mercantour a réalisé un site transfrontalier spécialement dédié à la pratique de la randonnée et de l'itinérance. Le visiteur pourra programmer toutes ses sorties d'une journée à plusieurs jours et bénéficier de toutes les informations indispensables. Plus de 100 itinéraires à la journée en France comme en Italie, 20 parcours en itinérance de 2 à 9 jours, 2 grandes traversées de 17 et 19 jours de la montagne à la mer, au cœur des Alpes de la Méditerranée.

Un outil indispensable disponible ici : http://rando.marittimemercantour.eu/

Ce site a été réalisé dans le cadre du PIT "Espace transfrontalier Marittime Mercantour" Programme ALCOTRA 2007 - 2013 et mis à jour grâce au projet :